Lëgiyan

Lëgiyan, encore secouée par le passé, est en cour de reconstruction, joignez-vous au peuple de ce monde en ruine et redonnez lui sa gloire d'antan...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Topaze Brandervalt
Admin
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 25
Type de combattant : Archer
Statut social/Métier : Chevalier d'azur
Race : Nymphe

Compétences et équipement
Compétences:
6/30  (6/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]   Mer 22 Avr - 23:36

Nom :
Brandervalt.

Prénom :
Topaze.

Surnom :
Numéro 786.

Age :
40 ans.

Lieu de naissance :
Qualnarc.

Lieu de résidence :

Base principale d'Orungo.

Situation :
Célibataire.

Race :
Nymphe.

Métier :
Chevalier d’azur.

Pouvoir :
Prophète, descendante d‘Eleanor Brandervalt.

Alignement :

Chaotique neutre

Type de combattant :
Archer.

Description physique et morale :

De taille pourtant moyenne, Topaze parait grande par ses jambes fines et élancées. Gâtée par mère nature, cette jeune femme possède une silhouette avantageuse et pulpeuse. Ses formes arrondies lui donnent un air charmant, particulièrement son visage rond et enfantin avec son petit nez, ses lèvres en forme de cœur et ses grands yeux marrons. Munie de beaucoup d’élégance, la demoiselle est particulièrement féminine et ses longs cheveux blonds l‘accompagnent avec souplesse dans ses mouvements amples et lents qui lui procurent tant de grâce. Sportive, Topaze est endurante et agile, ainsi malgré la fatigue, elle demeure partante pour des efforts physiques en toutes circonstances. Son sourire angélique anime son visage et rend le tout plus charmant encore. Cependant, il lui arrive d’avoir un air sévère et par moments ses beaux yeux marrons prennent une couleur rouge sang qu’elle cache parfois en les dissimulant derrière des lentilles de contact bleues. N’ayant rien trouvé de mieux qu’être gothic lolita, genre vestimentaire alliant l’enfantin au sexy tout en restant dans des couleurs telles que le noir, le blanc ou encore le rouge, Topaze passe difficilement inaperçu. Ainsi, lorsqu’elle ne porte pas d‘uniforme de combat, elle augmente sa féminité par des tenues courtes jusqu’à frôler la provocation, portant des mini jupes, des bas, des décolletés, de longues vestes, des talons compensés, des corsets, du cuir, des robes… Cependant pour rester dans son style à elle sa chaîne, à laquelle sont accrochées une croix en bois d’ébène et une pierre de topaze bleue, reste toujours autour de son cou. Ses cheveux quand à eux sont souvent accrochés en couettes très hautes. Froide au premier abord, elle est autoritaire et peu bavarde. Mais en temps normal, elle se révèle pleine de vie et souriante, munie d’une bonne dose d’humour et d’optimisme. Pourtant il en faut peu à cette dépressive pour sombrer dans des pensées noires et l’air supérieur qu’elle s’efforce d’adopter ne sert qu’à cacher sa fragilité. Maladroite et curieuse, elle est parfois étonnante dans ses façons de faire, ses façons de penser, sa façon d’être. Altruiste et attentive, elle a une vision de l’amitié très précise et supporte difficilement qu’on ne remplisse pas toutes les conditions qui lui semblent indispensable dans une amitié. Possessive et passionnée, elle aime sans limites et se sent prête à tous les sacrifices pour servir un amour ou même une très forte amitié. Cependant derrière cette carapace de froideur et son attitude optimiste se cache un esprit tourmenté par le passé et, étant peu responsable de ses actes à cause de Nasline, elle préfère demeurer seule, quitte à paraître associable. De plus Topaze a un visage très expressif même si elle sait très bien se contrôler quand il le faut. Ainsi quand elle est à l’aise, son visage se change en toutes les grimaces possibles et imaginables. Cependant sa grimace de prédilection est simple : le sourire. En effet, elle sourit beaucoup et en toutes circonstances, en présence d’amis comme d’ennemis. Ensuite Topaze passe son temps à fermer les poings pour faire craquer ses doigts et joue beaucoup avec ses cheveux, les replaçant comme il faut ou les entortillant autour de ses doigts. Enfin quand elle rit à gorge déployée ou qu’elle mange, elle met toujours une main devant sa bouche, gênée par on ne sait quoi… Enfin, la jeune femme, dans sa froideur habituelle, ne peut s’empêcher de regarder les gens dans les yeux pour y chercher une quelconque émotion, les siens étant protégés par un sortilège permettant de changer les yeux en une autre couleur qui dans son cas est le bleu et par la même occasion semble cacher ses émotions par leur bleu artificiel.

Arme principale :
Silverope : Arc long et fin en chêne dont la corde elfique de couleur argentée est incassable. Les flèches qui l’accompagnent sont en chêne également et leur pointe est en argent. Au bout de chaque flèche est accrochée une plume d’oiseau de givre ce qui donne à ses flèches le pouvoir d’infliger un sort de glace à l’adversaire. Celles-ci sont rangées dans un carquois de bois et d’argent accroché par une lanière de cuir qui permet de le mettre dans le dos en travers pour accéder aux flèches avec facilité.

Arme secondaire :
Lame Brandervalt : Une épée fine et légère mais étonnamment tranchante que seuls les descendants d’Eleanor peuvent manier car l’arme devient invisible aux yeux des gens lorsqu’elle quitte la main de son maître. Donnée en cadeau à la famille Brandervalt en guise de témoignage de la reconnaissance de tout le peuple de Legiyan pour le sacrifice d’Eleanor, cette lame devait infliger les pires souffrances morales à ceux qui oseraient s’attaquer à un descendant de cette famille devenue sacrée aux yeux de tous. Ainsi en plus d’infliger une blessure à l’adversaire, la lame elfique fait ressurgir les cauchemars, les pires souvenirs, les plus grandes peurs, et cela en fonction des dégâts causées sur l’adversaire. Ainsi une égratignure ne fera que dessiner une simple image d’horreur dans l’esprit de l’ennemi pendant le coup. En revanche, une blessure mortelle pourra répéter encore et encore un affreux souvenir enfoui dans le passé de l’ennemi.


Dernière édition par Topaze Brandervalt le Lun 31 Aoû - 17:57, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Topaze Brandervalt
Admin
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 25
Type de combattant : Archer
Statut social/Métier : Chevalier d'azur
Race : Nymphe

Compétences et équipement
Compétences:
6/30  (6/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]   Lun 31 Aoû - 12:34

Histoire :
Ça fait quinze ans… Quinze ans seulement que nous avons été libérés de l’entrepôt près du lac de Qual… Après dix années d’esclavage et de peur, de souffrance et de solitude, il m’a été fort difficile de reprendre une vie normale…
Je suis née à Qualnarc et j’y ai passé les vingt premières années de ma vie, mais il me semble n’avoir vécue que jusqu’à l’âge de cinq ans… Ensuite… je suis tombée dans une chute interminable dans un cauchemar sans fin… Et ce qui devait être ma force, est rapidement devenu ma malédiction… Mais je commence là par la fin et je m’aperçois que vous ne pouvez comprendre si je ne reprend pas tout dès le début… Voici donc mon histoire :
Durant mes quelques années de vie, j’ai grandi avec mes parents et mes grands parents maternels. Héritière du pouvoir d’Eleanor Brandervalt et de toute la gloire qu’apporte le fait d’être la descendante d’une telle personne, j’étais destinée à devenir messagère des dieux… En réalité, je n’ai pas à me plaindre de ces cinq années, c‘est certainement pour ça que j‘ai la pénible impression de n‘avoir existé que durant ce laps de temps… En effet, j’eus un début d’enfance heureux. Mes parents s’aimaient et m’apportaient tout l’amour et la joie qu’un enfant doit avoir… Dommage que cela n’ait pas duré…
Je venais de fêter mon cinquième anniversaire lorsque mes parents m’ont emmenée dans ce bâtiment… Je le connaissais de vue, j’avais souvent joué devant cette porte avec quelques amis, mais qu’est-ce que cela signifiait ? Je n’en avais absolument aucune idée encore…
Lorsque mes parents sont partis ce jour là, je pensais avoir pleuré toutes les larmes de mon corps… Si j’avais su ce qui m’attendait par la suite, j‘aurais certainement essayé d‘économiser… C’est ainsi que j’entrai dans l’académie Narkon comme mes parents avant moi…
J’y ai étudié durant cinq ans de plus. J’étais plutôt bonne élève mais assez discrète tout de même… Je ne m’étais pas fait beaucoup d’amis, seulement une : Nasline… Elle était assez étrange, parfois méchante… Mais je ne m’en rendais pas compte, j’étais aveuglée par sa personnalité qui me semblait formidable, je l’enviais, je la vénérais… Nous n’avions pas beaucoup de différence d’âge, à peine un an, et pourtant elle était devenue mon idole... Pendant ce temps, les anges noirs devenaient une menace réelle, mais je ne le sus que trop tard… Peut-être aurions-nous put empêcher tout le malheur qui a frappé la ville de Qualnarc… Peut-être aurions-nous put échapper à toute cette souffrance… Mais l’utopie régnait encore en maître sur Legiyan et ils ne jugèrent pas indispensable d’agir, ou même de nous prévenir… La vie continua telle qu’elle était auparavant et je pus finir enfin ma première décade, ce qui annonçait le retour de mes pouvoirs… Il y eut donc une cérémonie comme pour tout ceux qui atteignaient cet âge et je retrouvai finalement mes pouvoirs de prophète… Ce jour aurait put faire partie des meilleurs de ma vie comme pour les autres, mais les dieux en avaient décidé autrement…
A l’instant même où je reçus mes pouvoirs, un rire hystérique éclata dans la salle. Doucement les enfants s’écartèrent, dévoilant à mes yeux et à ceux des professeurs : Nasline, hilare… Naturellement cette interruption irrespectueuse lui apporta quelques ennuis, mais, le soir, elle revint comme si de rien n’était dans la chambre que nous partagions… Sans attendre, je lui demandai quelques explications, mais elle ne me répondit pas, occupée à préparer ses affaires… Malgré toutes mes questions, je ne parvins pas à la faire parler… La seule chose qu’elle me dit avant de sortir de sa chambre se résuma à une phrase qui me hantera certainement toute ma vie : « Le moment est venu, tu comprendras bientôt… ».
Ce fut la dernière fois que je la vis de son vivant… Et étrangement personne ne s’étonna de sa disparition… Personne n’y accorda la moindre attention… Je finis par comprendre que tout le monde l’avait oubliée… Mais je n’eus moi-même pas beaucoup de temps pour m’en inquiéter, car d’autres évènements étranges ne tardèrent pas à venir…

Quelques jours après le départ de Nasline, il y eut d’autres disparitions durant la nuit et celles-ci firent parler d’elles… La panique ne tarda pas à s’installer au sein de l’établissement, puis au sein de la ville… Une demi-douzaine d’enfants commencèrent par s’évanouir dans les airs, puis certains furent récupérés par leur parents ce qui sembla étendre le phénomène… Car bientôt, se furent des adultes de Qualnarc qui disparurent…
Certaines personnes tentèrent de s’échapper, mais c’était trop tard… Les anges noirs étaient à l’entrée de la ville… Trop occupés par les affaires de la ville, plus personne ne se souciait de l’ennemi et avançant dans l’ombre, il se jetait sur nous, comme un loup dans un champ rempli de moutons… Dans l’académie, les cours avaient été maintenus malgré les disparitions, alors, tandis que nos parents se faisaient massacrer à l’extérieur, nous étudions avec innocence… Tant et si bien que l’administration eut seulement le temps de nous barricader dans le bâtiment lorsqu’ils s’en aperçurent… Mais le massacre était terminé… Et nous étions les prochains…
Ce n’est que lorsque les anges noirs commencèrent à taper contre la grosse porte en bois de l’académie que nous, enfants, avons su enfin ce qui était en train de se passer dans notre ville… Les plus jeunes ne comprirent pas, les autres pleurèrent… Personnellement, même si j’ai honte de l’avouer, je ne pensais pas à mes parents à ce moment là… J’étais préoccupée par ce qui allait nous arriver…
Je ne sais combien de temps nous attendîmes dans le hall… Nous savions tous ce qui allait se passer, mais nous étions prêts à nous défendre tant bien que mal… Les plus jeunes enfants encore privés de leurs pouvoirs étaient à l’arrière, les professeurs attendaient devant la porte, les élèves ayant leur pouvoir se trouvaient entre les deux groupes… Pour ma part, au milieu de tout ce monde, je me sentais mal… Très mal… Certains étaient en larmes, assis dans les escaliers, ils abandonneraient rapidement… Peut-être même avaient-ils déjà laissé tomber… D’autres en revanche, fixaient du regard la grande porte, les mains crispés, décidés à mourir dignement… De mon coté, je me sentais intruse… Mes pouvoirs n’étaient utile que si les dieux daignaient m’accorder le privilège de m’aider… J’avais bien la lame héritée par ma mère, mais je ne savais pas m’en servir…
Finalement, la porte céda… A la vue de ces hommes en armure couverts de sang, j’eus un frisson de peur… Je n’avais que dix ans…
Immédiatement, les professeurs tentèrent de les éloigner à l’aide de leurs pouvoirs, mais moururent sous nos yeux… Aucun de nous n’eut de réaction… Ceux qui semblaient prêts à en découdre un peu plus tôt avaient finalement un moment de grande hésitation… Tant et si bien que lorsque les anges noirs en eurent fini avec les derniers adultes de la ville et qu’ils se tournèrent vers nous, nous furent incapable de faire un seul mouvement… Ce n’est que lorsque certains se mirent à rire en découvrant cette centaine d’enfants, que quelques élèves sortirent de leur torpeur, principalement les garçons d’une quinzaine d’années…
Mais loin de s’attaquer à eux, les anges noirs se contentèrent de les emmener hors du bâtiment avant de nous y enfermer… Je ne sais pas ce qui leur arriva… Mais aucun d’eux ne revint…
Plusieurs heures s’écoulèrent… Heures durant lesquelles nous avons tenté de nous barricader à nouveau, empilant chaises et bureaux à l’entrée… On cacha les plus jeunes là où on pouvait… Quant à ceux qui avaient des pouvoirs, nous attendîmes encore, dans le hall et dans les escaliers, patientant et tremblant en regardant la porte… Courageux, les plus âgés avaient prit la précaution d’enlever les corps de nos professeurs, mais le souvenir demeurait… Nous ne savions pas ce qui nous attendait et personnellement, l’angoisse qui s’emparait de moi m’étouffait peu à peu…
Ils finirent par revenir et ne pouvant entrer par la porte décidèrent de passer par les fenêtres… En l’espace d’une vingtaine de minutes, ils nous avaient tous réduit au silence… Les mains ligotées, nous les suivîmes, tous en ligne, désespérés et tremblant, paralysés à la vue des cadavres gisant sur le sol… Parfois des cris d’effroi se faisaient entendre dans le rang et mon cœur se serrait… Ces enfants avaient sans doute découvert la dépouille d’un de leurs proches… Pour ma part, j’évitais de regarder par terre, je fermais les yeux et me laissais guider par les autres, même si je faillis tomber à maintes reprises, marchant sur la main ou le pied d’un de mes semblables… Je ne saurais mieux expliquer mon état d’esprit à cet instant, le souvenir seul réussit encore à me paralyser d’effroi…
Par la suite, il n’y eut que très peu de victimes mais je me demande si la mort n’aurait pas été meilleure que l’existence qui nous attendait…
Dans les premiers jours, les anges noirs nous séparèrent en groupe… Les garçons d’un coté, les filles de l’autre… Ils nous installèrent dans des entrepôts près du lac de Qual, anciennes usines, parmi les cadavres des ouvriers… Notre première corvée fut d’ailleurs de faire le ménage dans nos nouvelles demeures et ensuite dans la ville elle-même… Les rebelles furent exécutés et les autres durent se plier à l’autorité de l’ennemi… Les cadavres de tous les habitants de Qualnarc furent brûlés, parmi eux mon père et mon grand père que j’eus le malheur de retrouver au coin d’une rue… Cependant nous eûmes l’occasion de remarquer un phénomène étrange : Nous avions trouvé très peu de corps de femmes… J’apprenais plus tard qu’elles avaient été emmenées avec les anges noirs qui avaient continué leur chemin vers la capitale.
Lorsque nous eûmes terminé notre « ménage », les anges noirs continuèrent à nous faire travailler… Nous travaillions toute la journée, puis ils nous ramenaient à la tombée du jour dans nos entrepôts… Durant plusieurs mois nous demeurèrent enchaînés les uns aux autres et nous dûmes construire une barricade tout autour de la ville… Nous ne savions pas bien pourquoi encore…
Puis un jour, les anges noirs accélérèrent la cadence, nous apprîmes plus tard que les gardes de nuit avaient disparus… Ainsi la ville devint une forteresse, entourée d’un grand mur de pierre avec une grosse porte d‘un métal étonnamment épais. Ce travail terminé, on acquit un peu plus de liberté. Le matin ils nous emmenaient en ville et nous y lâchaient comme des chiens à la poursuite d’un gibier. Notre mission était de ramener le plus de trésors et de nourriture aux anges noirs… Terrifiés nous obéissions, espérant retrouver notre liberté ensuite… Mais peu à peu les ressources diminuèrent… Au bout d’un an, il était très difficile de trouver des choses et malheureusement, les anges noirs ne semblèrent pas apprécier…
Un soir ils annoncèrent que celles qui avaient moins de 5 objets passeraient la nuit dans la cité et pourraient rentrer le lendemain si elles parvenaient à apporter une dizaine d’objets… Je ne sais combien il y en eut qui furent ainsi éliminées… Mais nous n’eûmes pas le courage de nous rebeller à part peut-être une jeune fille qui aurait mieux fait de se taire… Elle avait 17 ans et était assez jolie… Depuis un an elle s’efforçait de redonner du courage aux plus jeunes et canalisait la colère des adolescentes. Mais ce jour là, elle craqua… En guise de punition, ils l’enchaînèrent sur l’un des poteaux de l’académie Narkon et y préparèrent un bûcher… Ils la brûlèrent vive devant toute l’assemblée que les autres enfants et moi-même formions, assemblée aux yeux angoissés, aux membres meurtries, aux visages pâles et aux cœurs brisés…
Puis vint le soir où ce fut mon tour… Je n’avais put récupérer assez d’objets… Les anges noirs me laissèrent donc dans la cité pour la nuit, me saluant d’un rire mauvais, car les adieux étaient ainsi : Les anges noirs riaient et les enfants conservaient un silence de glace, pétrifiés à l’idée que ce soit un jour leur tour…

Cinq ans étaient passés depuis l’arrivée des anges noirs à Qualnarc et je ne savais que trop bien qu’on ne revenait jamais réellement de la cité de Qualnarc après y avoir passé la nuit… Car même si certains y avaient survécu dans les débuts, ils avaient été ensuite emportés par la folie… C’est donc avec beaucoup de méfiance, mais de détermination, que je m’avançai dans les rues qui commençaient à s’assombrir… Je devais trouver un endroit où me réfugier… Je savais qu’il ne restait qu’un endroit encore sûr : L’académie Narkon… Certes la façade en avait prit pour son grade, mais les plus hauts étages demeuraient encore intacts… même si ils réfugiaient aussi les cadavres des professeurs (ce qui expliquait d’ailleurs que personne n’ait osé monter si haut…)
Il ne me fallut pas longtemps pour arriver à l’académie, mais bien plus pour rassembler assez de courage pour affronter les cadavres des professeurs empilés là haut depuis 5ans…
Pourtant en arrivant dans ces étages, je n’y trouvai aucun cadavre, des taches de sang certes, une épouvantable odeur de chair en décomposition aussi, mais pas de corps, pas même de restes : ossements, lambeaux de tissus, etc… Ne connaissant pas vraiment la durée de décomposition d’un corps, j’en conclus que le temps avait fait son travail…
Je me réfugiai alors dans le bureau du directeur dans un coin de mur, cachée de façon à voir la porte fermée sans être vue par d’éventuels visiteurs…
Les minutes passèrent, puis les heures… D’abord je fixais la porte sans faillir et puis doucement je parvins à calmer mes angoisses, relâchant la pression…
Puis soudain, j’entendis des cris, des bruits étranges, des rires, des grognements, des voix d’outre tombe… Pétrifiée, je relevai mon regard sur la porte… Qui était là ? Qu’est-ce que c’était… Me redressant lentement, mue inconsciemment par un courage inattendu, je m’approchai lentement de la fenêtre et jetai un regard à l’extérieur… C’est là que je revis tous les disparus, ils étaient là, errant dans les rues tels des zombies… M’éloignant brusquement de la fenêtre pour échapper à cette image d’horreur, je chavirai… Puis soudain les voix me rappelèrent à la réalité… J’avais l’impression qu’ils m’appelaient… Jetant un nouveau regard par la fenêtre j’eus la confirmation de ce que je craignais : ils approchaient de l’académie…
Alors la panique s’empara de moi, je me précipitai vers le bureau et fouillait dans les tiroirs à la recherche d’un moyen pour me défendre… Rien… Je dégainais alors la lame Brandervalt, l ‘épée magique héritée de ma mère, et celle-ci s‘illumina dans mes mains… Je ne m’en étais jamais servie… Mais le moment semblait être venu…
Il ne fallut pas longtemps avant que des bruits de pas ne se fassent entendre dans le couloir… Essayant de calmer la panique qui me submergeait, je reculai dans l’ombre de mon coin de mur. Soudain la porte vola en éclats… J’aperçus une silhouette familière qui s’avança dans la pièce, derrière elle semblaient attendre des enfants…

Mais je m’aperçois que je m’étend beaucoup sur mon histoire… A quoi bon tant parler du passé ? Je suis sortie de cet enfer il y a presque quinze ans, mais je ne suis plus seule depuis cette nuit… Nasline m’accompagne… Cette silhouette, c’était elle… Fille de Chatran, elle a voulu mon corps… En échange j’ai emprisonné son âme pour toujours… Est-ce une bonne chose ? Je ne sais pas… Mais une chose est sûre : ça préserve de la solitude…
De ma haine est né le désir de vengeance… Raison pour laquelle je fais à ce jour parti des chevaliers d'azur…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Topaze Brandervalt
Admin
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 25
Type de combattant : Archer
Statut social/Métier : Chevalier d'azur
Race : Nymphe

Compétences et équipement
Compétences:
6/30  (6/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]   Dim 22 Nov - 23:54

Petite présentation de Nasline

Son age :
11ans de vie mortelle, 30ans d‘errance.

Son lieu de naissance :
Gouffre d‘Elynorium.

Sa "résidence" :
Corps de Topaze Brandervalt.

Sa situation :
Vie mortelle achevée, âme en errance.

Sa race :
A l'époque enveloppe corporelle d’ange noir elfique, maintenant âme de déesse partageant le corps d'une elfe.

Son statut social :
Princesse oubliée des anges noirs.

Son pouvoir :
Ensorceleuse.

Son alignement :
Neutre Mauvais.

Description physique et morale :


Son histoire :
Durant leur exil dans le gouffre d’Elynorium, les anges noirs ont continué à vivre, attendant patiemment le jour de leur délivrance… Dans les profondeurs de ce monde, ils se préparèrent, se multipliant, se perfectionnant dans l’art du combat, expérimentant différentes combinaisons de breuvages et même de races, pour augmenter leurs capacités physiques et intellectuelles… C’est ainsi qu’ils créèrent les créatures humanoïdes mais tout de même animales que nous connaissons…
Les siècles passèrent et Chatran, forcé à vivre avec ses disciples dans le sombre gouffre, dut changer bon nombre de fois d’enveloppes corporelles pour survivre au temps… C’est ainsi qu’il connut l’amour, car tout mauvais qu’il soit, il est une chose à laquelle nul n’échappe… Elle s’appelait Leynna, dite « la ténébreuse », car chaque parcelle de son être était ténèbre et la noirceur de son âme se devinait dans ses grands yeux noirs en parfait accord avec sa longue chevelure brune…
D’elle, il eut trois enfants : L’aînée, Nasline, dont nous allons raconter ici l’histoire, Sasame qui aujourd’hui gouverne sur les rescapés de Chatranlandis depuis l’exil définitif de leur père et enfin Roy qui après avoir trahis son peuple est devenu un rôdeur de la forêt de Kaurnuss…
Nasline était une parfaite petite ange noir, elle aurait dut devenir la reine de Chatranlandis à la place de son frère, mais à trop vouloir jouer, on court le risque de perdre…
Elle avait 6ans lorsque le gouffre d’Elynorium s’ouvrit enfin. Depuis son plus jeune âge, son père ne cessait de lui répéter qu’un jour elle serait reine et que lorsque le gouffre s’ouvrirait elle les vengerait tous. Mais ce qui la préoccupait c’était le jouet que son père lui avait promis. Ce jouet était en réalité une enfant, à peine plus jeune qu’elle : la dernière de la lignée des Brandervalt, la descendante d’Eleanor…

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Topaze Brandervalt [Présentation complète et validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation d'Artemis [Validée]
» Présentation d\'Alexandra... =) [Validée]
» ~Présentation de Waller~ [Validée]
» Présentation Morgane Lestrange [validée]
» Présentation de Orlane [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lëgiyan :: Partie RPG :: Présentations :: Personnages du Forum-
Sauter vers: