Lëgiyan

Lëgiyan, encore secouée par le passé, est en cour de reconstruction, joignez-vous au peuple de ce monde en ruine et redonnez lui sa gloire d'antan...
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Meira Atramentarius [Présentation complète et validée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Meira Atramentarius

avatar

Nombre de messages : 8
Age : 18
Type de combattant : Mage/Alchimiste
Statut social/Métier : Apothicaire itinérante
Race : Ange noire

Compétences et équipement
Compétences:
3/30  (3/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Meira Atramentarius [Présentation complète et validée]   Mer 28 Avr - 10:26

Nom: Atramentarius

Prénom: Meira

Surnom: /

Age: 11 ans

Lieu de naissance: Elynorium, probablement Chatranlandis.

Résidence: /

Situation: Célibataire

Race: Ange noir, « Demi-elfe » lorsqu'il s'agit de se présenter, hybride elfe/champignon lorsqu'il s'agit d'être exacte.

Métier: Apothicaire itinérante. Vend également quelques objets enchantés de temps à autre, lorsqu'elle parvient à les créer sans les faire fondre/brûler/exploser, ou lorsqu'elle arrive à mettre la main dessus par d'autres moyens.

Pouvoir: Ensorceleuse

Alignement: Neutre mauvais

Type de combattante: Mage, avec une prédilection pour les sorts capables de faire souffrir l'adversaire le plus longtemps possible. Préfère largement la ruse à la force brute, et fait un grand usage de poisons divers et variés.

Description physique: La question que tout le monde se pose est celle-ci: à quoi ressemble une hybride elfe/champignon de 11 ans, ange noir qui plus est ? Hé bien à ça: une elfe d'1m75, à la peau pâle, aux yeux brun-rouges et aux longs cheveux noirs en perpétuelle déliquescence.
Malgré ses 11 ans, Meira passe facilement pour en avoir une trentaine, et d'un point de vue relatif, elle les as. Son espérance de vie dépassant difficilement les 30 ans, elle a actuellement l'équivalent d'une soixantaine d'années elfiques, ce qui explique pas mal de choses quant à sa taille, ses traits et ses formes, certes quelconques, mais largement supérieures à celles d'une gamine. Elle est relativement jolie, comme tout elfe normalement constitué, mais possède une peau très pâle, souvent tâchée par l'huile qui s'écoule de ses cheveux, et qu'elle utilise parfois comme maquillage, histoire d'en dissimuler la véritable origine.
Tout le monde a déjà entendu la métaphore des cheveux « noirs d'encre » ainsi que des « coprins noirs d'encre », ces champignons qui se liquéfient en quelques jours lorsqu'ils arrivent en fin de vie, et produisent une sorte d'encre noire visqueuse. Combinez les deux, et vous avez l'explication pour les cheveux de Meira. Plus on s'éloigne de la racine, plus ils sont constitués de cette huile noire, à l'odeur faible, sur laquelle il est difficile de mettre le doigt, mais évoquant instantanément les idées de mort, de cadavre et de poison. Et plus le temps passe, plus elle en produit. Son destin étant, comme le champignon duquel elle vient, de se liquéfier, au lieu de pourrir comme un cadavre normal. Guère plus ragoûtant, admettons le. Cette huile, malgré son odeur, n'est pas toxique ni corrosive, à moins d'un contact véritablement prolongé, ce qui explique pourquoi elle ne porte que des vêtements qu'elle a enchanté elle-même.
En parlant de vêtements, il est évident qu'elle ne porte pas les tenues elfiques habituelles, qui auraient tantôt fait de faire apparaître sa véritable nature. A la place, elle se drape de longues robes de mage noires et blanches, avec une capuche qu'elle peut rabattre sur sa tête pour dissimuler ses cheveux et une partie de son visage, évitant ainsi que n'importe quel badaud ne se rende compte que ses cheveux sont en train de se liquéfier. Et accessoirement, que ledit badaud ne hurle au loup, et qu'elle termine pendue/massacrée/brûlée vive par une foule haineuse.

Description morale: Par rapport à ses origines, Meira peut être considérée comme « pas si mauvaise que ça ». Ce qui, au vu de la morale de l'ange noir moyen, ne veut pas dire grand chose, si ce n'est qu'elle pas forcément la pire de son espèce.
Elle n'a d'ailleurs ni l'envie, ni la prétention d'être une sainte, ou une personne agréable, et assume parfaitement d'être du mauvais côté de la balance. Cependant, à ses yeux, même le mal doit avoir une certaine éthique, et le reste de son peuple a totalement raté le test. De manière suffisamment flamboyante pour qu'elle ne se sente pas vraiment de rester avec eux, même si il y a d'autres raisons derrière son départ de l'île.
Moralement, Meira se décrit au mieux comme une personne égoïste, manipulatrice, peu soucieuse du bien-être d'autrui, des règles de bienséance et des lois cherchant à réprimer le talion. Elle ne nie pas être un « brin » sadique, mais tente de réfréner ce trait de caractère autant que possible, la satisfaction de ce genre d'envie étant souvent en contradiction avec sa règle première, qui consiste à ne pas s'attirer d'ennuis plus que nécessaire, et à faire les choses discrètement plutôt qu'avant un grand « Bang ». Elle est également narcissique, voire même prétentieuse, et souvent méprisante avec autrui, du moins lorsque la chose lui paraît méritée. Ce qui arrive étrangement souvent, admettons le, mais se termine la plupart du temps sans effusion de sang, Meira n'ayant que rarement le courage de poursuivre ses provocations au point de déclencher une rixe, autant parce qu'elle risquerait d'être la plus amochée dans l'histoire qu'à cause du fait que, peu importe ce qu'elle pourrait bien raconter à l'autorité locale, elle terminerait accusée de tous les maux de la planète par le simple fait d'être une ange noire. Mauvaise certes, mais avec modération et intelligence. Ce qui n'est pas forcément moins dangereux.
Un autre trait notable de sa personnalité est sa faculté à ne rien prendre au sérieux, ou plus exactement, à rire de pratiquement tout ce dont une personne normalement constituée ne rirait pas: la mort, la torture, la douleur, la solitude, et tout ce qui peut être utilisé pour faire de l'humour noir, en quelque sorte. Libre au spectateur de décider s'il s'agit la d'une simple manifestation cynique ou alors d'une forme de sadisme. Bien que, au vu de sa grande, trop grande, joie à se venger de quiconque oserait ne serait-ce que lui manquer de respect, il y a de très fortes chances pour que ce soit le second.
Avec tout ça, il n'est pas difficile d'imaginer pourquoi elle travaille et vit seule, voyageant de villes en villes pour vendre sa marchandise et recueillir des informations, ne s'attardant que peu dans chaque lieu, et ne se liant avec personne.


Histoire: Une des facettes les plus marquantes et les plus effrayantes de l'anti-culture des anges noirs est leur écœurant intérêt pour les hybrides contre nature. Ces pauvres hères, elfes et fées, fusionnés avec des bêtes, voire des plantes, furent utilisés comme armes biologiques lors de l'invasion de Lëgiyan, et restent un des symboles de la puissance et de l'inhumanité de leurs créateurs.
Méprisés par leur propre peuple, vus comme des aberrations par les gens normaux, ces êtres dont le destin est de détruire, puis d'être détruits une fois leur tâche accomplie, ont sans doute une des existence les moins enviables possible. Meira fait partie de ces parias, de ces monstres que la nature elle-même cherche à étouffer.

Pour être exact, elle est le produit, avec nombre d'autres « personnes », d'une expérience visant à s'éloigner des classiques centaures, minotaures et méduses. Une expérience visant à combiner des elfes et des fées avec un champignon, pour être exact. L'idée sous-jacente à cette aberration était d'obtenir des êtres particulièrement résistants, à la croissance rapide et capables de se défendre en produisant des poisons. Les objectifs furent accomplis de façon mitigée. Nombreux furent ceux qui périrent dans les premières phases de l'expérimentation, lorsque le processus était encore mal maîtrisé, et que les « scientifiques » étaient plus amusés par les tortures qu'ils avaient le droit de faire subir à leurs sujets plutôt que par les résultats. Toujours est-il que parmi ces nombreux échecs, quelques tentatives portèrent leur fruit, aboutissant à la création d'êtres n'ayant plus grand chose à voir avec des humanoïdes et davantage avec des sacs de filaments blanchâtres. Ces étranges mycéliums étaient destinés à produire en permanence des enfants, beaucoup plus humains quant à eux, dotés de capacités plus proches de celles recherchées chez une arme vivante: croissance très rapide( la plupart d'entre eux ne vivent que 30 ans, et sont adultes au bout de 5 ans ), capacité à produire du poison, souvent mortel ( selon le champignon utilisé pour créer le mycélium dont ils sont nés ), grande résilience, et interchangeabilité, tous les enfants d'un même mycélium étant très ressemblants. Inutile de dire que ces sortes de clones étaient vus comme encore moins que des armes par les autres anges noirs, et que leur sort était bien peu enviable, et encore plus dans le cas de ceux issus d'un champignon non-vénéneux, et donc incapables de servir d'usine à poison, ce qui est le cas de Meira.
Il n'y eu que quelques mycéliums conçus ainsi, et la plupart sont morts rapidement, comme si la nature ne pouvait souffrir que de telles horreurs ne la souillent plus longtemps. Les difficultés nécessaires à leur création et la défaite des anges noirs firent que les expériences ne furent pas retentées par la suite, et que les produits de ces aberrations seront sans doute les derniers.

Meira est arrivée au monde il y a maintenant 11 ans, sortie du mycélium « Atramentarius », du nom du champignon dont il est issu, en compagnie de quelques une des ses semblables, certaines étant même difformes ou incomplètes. Ledit mycélium fut tué quelques temps plus tard, lorsqu'il apparut comme évident qu'il était voué à périr dans un futur proche, et que tant qu'à faire, il valait mieux lui éviter une lente agonie. Au moment où Meira est née, l'invasion avait déjà été repoussée, et de nombreux anges noirs étaient morts dans le processus, y compris les mages qui étaient censés s'occuper d'elle. Elle fut recueillie par une âme plus ou moins charitable, et élevée avec encore moins de considération qu'un animal. Ce qui n'était, après tout, pas si mal, étant donné que son destin originel était de disparaître dès sa naissance, oubliée de tous et devenue totalement inutile dans cette société brisée.
Dotée d'une croissance rapide, comme tous ceux de son genre, elle se rendit bien vite compte que quelque chose n'était pas vraiment normal chez elle, et que, même si les anges noirs ne sont pas vraiment connus pour leur gentillesse et leur attention, elle était sujette à d'encore plus mauvais traitements que les autres. A vrai dire, le fait de se voir grandir aussi vite, alors que son entourage avait à peine changé était largement suffisant pour lui mettre la puce à l'oreille, d'autant plus que ses...le mot parent est difficile à prononcer dans ce genre de cas, nourriciers, dirons nous, n'avaient pas vraiment fait d'efforts pour ne pas lui signifier à quel point elle était différente et honnie, même dans une société telle que celle des anges noirs. Ni une ni deux, âgée d'un peu de moins de 5 ans et tout juste adulte, elle s'enfuit de chez elle, avec la ferme intention de ne pas y remettre les pieds. De toute façon, elle aurait trouvé la porte fermée dans le meilleur des cas, et la lame d'une épée dans tous les autres. Elle parcourut pendant quelques temps l'Elynorium, errant de villages en villages, de campements en campements, et comprenant peu à peu quel était son véritable problème.
Comme tous les êtres de son genre, elle n'avait ni destin, ni raison d'être. Elle aurait du n'être qu'un outil, utilisée lors d'une bataille, et détruite pendant ou après. Elle n'était en aucun cas censée survivre, et encore moins vivre. Inutile de dire que ce genre de révélation secoue légèrement le moral de celui qui la subit, et qu'elle songea un temps à s'allonger à l'endroit où elle se trouvait et à s'y laisser dépérir. Mais l'instinct de survie étant ce qu'il est, elle continua son périple, et peu à peu, se fixa un nouvel objectif: trouver un destin, trouver une réponse à « comment est-on censé vivre normalement ? », et une raison d'être. Pas vraiment évident lorsqu'on a pas la moindre idée de ce que signifie « vivre ».
Par chance, et après avoir compris qu'il valait mieux pour elle de ne pas afficher clairement ce qu'elle était, elle trouva une sorte d'asile dans un petit village côtier situé à l'est de l'Elynorium, dans lequel tentaient de survivre une petite population d'anges noirs ayant réussi à échapper à leur sort lors de la défaite d'Héfolion. Ceux-ci ne l'accueillirent pas vraiment à bras ouvert, mais ils ne la rejetèrent pas non plus, notamment grâce à l'insistance d'une des rescapées, qui avait un intérêt évident pour la nouvelle arrivante.
Contrairement à tous ceux que Meira avait croisé jusque la, cette personne se montra...sympathique, presque affectueuse même. Et dans tous les cas, intéressée par elle en tant qu'être, et non pas en tant qu'arme ou outil. Ce qui est un choc assez conséquent, admettons le, après avoir passé sa vie en étant considérée comme moins humaine qu'un animal. Il s'avéra plus tard que ce n'était pas Meira en tant que telle qui intéressait la soldate déchue, mais une de ses incarnations passées, un des autres produits d'Atramentarius, lui ressemblant en tout point, et ayant péri lors de la guerre. Cette révélation fit ressurgir avec force le sentiment refoulé de ne pas être unique, voire de ne pas être du tout, présent chez elle depuis sa naissance, mais atténué par le fait que jamais personne ne lui avait signifié que cela pouvait avoir une quelconque importance. Elle prit conscience que même aux yeux de cette personne, apparemment si humaine, elle n'était qu'un ersatz, et qu'elle, Meira, n'avait absolument aucune importance, aucun intérêt, et qu'elle aurait tout aussi bien pu ne pas être sans que cela ne fasse la moindre différence.
La pilule étant plutôt difficile à avaler, elle s'enfuit de nouveau, sur un des rafiots de pêcheur du village, décidée à laisser derrière elle l'Elynorium et ses horreurs, et à voir l'autre monde, le vrai monde, celui des elfes, des fées et des nymphes, se disant que de toute façon, cela ne pourrait être pire. Cependant, elle ne parvint pas vraiment à se détacher autant qu'elle aurait voulu de la soldate, et ajouta une entrée à sa liste de choses à faire: trouver des informations sur cette ancienne « incarnation », afin de savoir pourquoi et comment elle avait vécu, et surtout, pourquoi elle avait réussi à obtenir ce qu'elle, Meira, n'avait jamais pu avoir. Elle savait parfaitement que cette idée était totalement saugrenue et qu'elle ne trouverait probablement jamais la moindre information sur cette personne en particulier, mais après tout, elle n'était plus à ça près.

Elle parvint à atteindre, par un quelconque miracle, le Falyènnon. Décidée à poursuivre sa quête, même si elle lui semblait de plus en plus folle et illusoire, et à ne pas réitérer les même erreurs, elle dissimula ses cheveux en déliquescence sous une capuche, et partit vers la ville la plus proche.
Inutile de dire que tout ne se passa pas aussi bien que prévu, et que, moult péripéties plus tard, elle se retrouva à nouveau sur les routes, à vendre ses potions et ses babioles magiques, évitant de rester trop longtemps au même endroit pour ne pas attirer l'attention, et accessoirement, de se lier plus que nécessaire à autrui.


Arme principale: Une dague en acier de qualité moyenne, enchantée de manière à résister à la corrosion et à la rouille. La lame possède une rainure dans laquelle on peut appliquer du poison. Elle ne compte pas comme une arme magique et n'offre aucun bonus aux dommages.

Arme secondaire: Des fléchettes en bois et acier longues de 20cm destinées à être lancées à la main. Elles font peu de dégâts et ne traversent pas les armures, même en cuir, et sont relativement fragiles. En revanche, elles sont faciles à dissimuler et peuvent être enduites de poison.

Compétence(s) spéciale(s):
- Flèche noire
Ce sort conjure une flèche composée d'un acide noir, visqueux et malodorant qui file aussitôt vers l'ennemi du lanceur. La flèche n'a aucune capacité de perforation par elle-même, mais éclate lorsqu'elle touche sa cible, éclaboussant les alentours du point d'impact. L'acide adhère à et ronge la peau ou l'armure de la cible tant qu'il n'est pas neutralisé, et inflige des dégâts de poison lorsqu'il se répand dans l'organisme de la victime, en plus des dégâts d'acide. La flèche peut porter jusqu'à 45 mètres et compte comme un projectile magique.

- Manipulation des poisons
Cette compétence permet à l'utilisateur de produire, modifier, améliorer, détecter et neutraliser toutes sortes de poisons, magiques ou non. Plus l'utilisateur est expérimenté, plus cette compétence est efficace. Ainsi, un utilisateur peu doué ne pourra que détecter les poisons les plus communs et éventuellement en améliorer quelques uns, alors que quelqu'un de mieux entraîné pourra camoufler le goût du poison, en changer la couleur, le neutraliser, voire même le produire lui même.
Un poison produit par l'utilisateur de cette compétence est considéré comme étant un poison magique. En revanche, un poison naturel amélioré par cette compétence est toujours considéré comme un poison naturel.

- Dégénérescence
Ce sort affecte une créature vivante et porte à 25 mètres. Il provoque une rapide nécrose du corps de la victime, qui s'affaiblit dès qu'elle est touchée par le sort et perd peu à peu l'usage de ses membres. La nécrose commence aux extrémités du corps et converge vers le centre, diminuant grandement les capacités physiques de la victime et pouvant, finalement, causer sa mort si celle-ci n'est pas soignée. La vitesse à laquelle la nécrose se répand dépend de l'expérience du lanceur et de la résilience de la victime. On considère qu'il faut environ 72 heures pour qu'une nécrose induite par un lanceur de niveau moyen tue un humanoïde, et celle-ci est considérée comme une maladie conventionnelle.

Petit plus:
- Meira ne peut pas boire d'alcool sans subir l'effet antabuse (vertiges, nausées, vomissements, céphalées, douleurs thoraciques...etc ), ce qu'elle a découvert de façon...assez douloureuse, bien qu'elle aurait pu s'en douter, la consommation conjointe de coprins et d'alcool étant fortement déconseillée.
- Sa nature la rend résistante à tous les types de poisons, mais également vulnérable aux flammes, magiques ou non. Elle supporte assez mal la chaleur en général, et sa peau est très sensible au soleil.
- Comme on peut s'en douter, ses poisons de prédilection sont les mycotoxines, qui ont l'avantage d'être simples à se procurer, peu chères, et très efficaces.
- Il lui arrive de consommer des psilocybes, champignon très connu pour ses propriétés hallucinogènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Topaze Brandervalt
Admin
avatar

Nombre de messages : 96
Age : 25
Type de combattant : Archer
Statut social/Métier : Chevalier d'azur
Race : Nymphe

Compétences et équipement
Compétences:
6/30  (6/30)
Expériences:
100/400  (100/400)

MessageSujet: Re: Meira Atramentarius [Présentation complète et validée]   Jeu 29 Avr - 0:21

Fiche complète et validée

Bienvenue sur Legiyan mam'zelle champignon x)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Meira Atramentarius [Présentation complète et validée]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Présentation d'Artemis [Validée]
» Présentation d\'Alexandra... =) [Validée]
» ~Présentation de Waller~ [Validée]
» Présentation Morgane Lestrange [validée]
» Présentation de Orlane [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lëgiyan :: Partie RPG :: Présentations :: Personnages du Forum-
Sauter vers: